Le Fédéraliste et le Larbin…

Maître Couillard, sur une tribune juché,

Tenait dans ses mains une affirmation nationale.

Maître Justin, par l’arnaque alléché,

Lui tint à peu près cet adage :

Plaidez! Plaidez! Maître Couillard,

Que vous êtes libre! Que vous me semblez patriote!

Sans mentir, si votre patrie,

Se rapporte à vos niaiseries,

Vous êtes le Sauveur des Québécois.

 

À ces mots, Maître Couillard ne se sent pas de joie,

Et pour montrer sa fausse hardiesse,

Il ouvre sa grande gueule puis laisse tomber son droit de veto!

Le Fédéraliste s’en saisit, et dit : Mon bon Abruti,

Apprenez que tout fédéraliste,

Vit aux dépends de celui qu’il endort.

Cette leçon vaut bien un référendum, mais pas une Constitution!

Maître Couillard, vaniteux et repu d’avoir dépossédé le Bon Peuple,

Jura, mais un peu tard, qu’on ne s’opposerait jamais plus à l’Unité Canadienne!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s